NOUVELLE ZÉLANDE : ÎLE DU SUD EN VAN (PAR TIM)

Ça y est la NZ, c’est (déjà) fini !

7 ans que Laura y était passée et 6 depuis que nous sommes ensemble à entendre, après chaque voyage que nous avons fait, que la nouvelle Zélande n’était pas détrônée de sa première place.
Tant d’attente pour moi, vous le comprendrez, pour ce pays décrit comme une forme de paradis par Laura.

Une chose est certaine et ce petit billet pourrait s’arrêter là, c’est tout simplement vrai.

Les néo-zélandais sont adorables, je n’ai pas arrêté de dire que c’était pour moi les canadiens de l’hémisphère sud. De notre nuit dans une ancienne maison de campagne au milieu de nulle part en direction de Wanaka, en passant par une cabane isolée sur une colline avant la « ville » de Russel, la politesse, les mots sympas et l’amabilité sont de mise.

DSC04209

Et que dire de ce mélange ville/nature absolument magique. Être au milieu des tours à Auckland, Wellington ou Christchurch, flâner dans leurs cafés ou foodcourts branchés et faire 30 minutes de ferry ou voiture pour se retrouver sur une Île, presque seuls au monde à marcher sur des plages désertes avec une eau turquoise.
Ou encore prendre une bière en terrasse dans le centre ville de Wanaka face au Lac puis grimper sur le roys peak et contempler cette vue magique mêlant montagnes et étendue bleue (après un sacré effort mais quand même).

C’est la nouvelle Zélande où modernité bétonnée des villes se mélange à la colorée dame nature rebelle et sauvage mais en aucun cas hostile.

Laura est dingue de ce pays et je la comprends ; depuis l’Islande c’est pour ma part le premier pays où j’aimerais poser mes valises si seulement c’était plus proche de mes racines.

Une trentaine d’heures de voyage (escale comprise) c’est donc ici le tarif pour TOUKITER.
Que ce soit la France pour 5 ans si Mme Lepen ou Mr Fillon passait aux très prochaines présidentielles ou plus simplement pour des vacances inoubliables 😉

IMG_2574

En plus de mon baptême Néo-Zélandais, cela a également été notre première en Van ; 12 jours…
12 jours de lit en mousse, 12 jours de duvets, 12 jours de riz ou pâtes, 12 jours de « ah merde j’ai plus de batterie j’ai oublié de le recharger tout à l’heure dans le bar », 12 jours de « tu vas aux « toilettes », oh je viens avec toi », 12 jours de « tu t’es brossé les dents? non? Oh bah ça sera pour demain matin », 12 jours de « mais on s’est lavé hier? Non? Oh faut vraiment qu’on trouve un camping avec douche pour demain ».
Ça vous paraît négatif ? Légèrement oui, mais toutes ces petites nuisances sont instantanément compensées par un unique réveil face à un lac turquoise ou par un coucher de soleil face à la mer ou encore un bol de chocopops au petit matin face à un bras de rivière transparent ou enfin un réveil dans la nuit pour contempler les étoiles. C’est la définition même de la liberté en voyage.
L’étape supérieure étant d’avoir la tente sur le dos et de dire comme le Doc dans retour vers le futur:  « Là où on va, on n’a pas besoin de route ».

Après plus de 5 mois de voyage à deux, la promiscuité du Van n’a pas eu raison de notre couple et pourtant nous avons connu des instants glauquy qui ont malheureusement été censurés lors de la relecture de cet article par Madame.

IMG_2378

On sort de ces 12 merveilleux jours de Van qui nous amènent à un joli total de presque 6 mois de voyage. La Nouvelle Zélande, ce point culminant de notre voyage que nous observions à la jumelle et nous semblant si loin au moment de notre départ est maintenant dernière nous. Pas de regret, pas de tristesse, seulement Laura a mis sept ans pour revenir, le rendez-vous est pris, on revient en 2024.

Retour sur notre tinéraire :

Coups de Food

Pour nos bonnes adresses il faudra se référer à l’article de Laura. Le but du Van étant quand même de limiter les dépenses ; ça passe par la cuisine au cul du camion. Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, la recette gagnante c’est un oignon une p’tite sauce tomate style Barilla, un sachet de gruyère imitation parmesan ou cheddar et du riz ou des pâtes. Hormis quelques légumes et de légendaires salades tomates/fêta qui n’y ressemblaient que de loin, nos repas ne se sont résumés qu’à ça. L’avantage du van c’est que tu trouves toujours de la place en terrasse 😊

IMG_2524

Ça vaut le détour

  • Dormir au pied ou pas loin du Mont Cook, profiter d’incroyables panoramas et partir à la fraîche pour une marche avant les bus de touristes.
  • La colonie de phoques de Kaikoura et ses plages romantiques. C’est le moment où le hashtag #dînerwithaview prend tout son sens.
  • Wanaka et ses environs pour profiter de points de vue incroyables sur des lacs splendides après des marches plus ou moins dures. Mes synonymes sont limités pour qualifier ce sentiment d’effort intense et de récompense grandiose à l’arrivée.

IMG_2468

Les trucs et astuces

Il faut savoir que bien qu’elle soit le pays de la liberté « nature », il y a de nombreuses règles à respecter en nouvelle Zélande. Vous ne pouvez pas vous arrêter et camper à l’arrache où vous voulez ; c’est s’exposer à des amendes que j’imagine salées. Vous devez vous arrêter dans des espèces de camping soit pour tous, soit pour véhicules self-contained.
Alors, le choix cornélien, Van self-contained ou pas ? D’abord qu’est-ce que c’est ? Il s’agit juste d’un véhicule à circuit fermé, il ne rejette pas l’eau que vous utilisiez dans l’évier pour faire simple. Il suffit simplement de le vidanger dans des espaces adéquates (sorties de camping, stations services entre autres). Signalé par un petit stickers sur le pare-brise, ça donne accès à une multitude de spots où le camping est interdit. Ces endroits sont souvent gratuits ou très peu chers. Vous pouvez aussi demander dans certains bars ou dans certaines fermes si vous pouvez crécher pour la nuit.
Et après comme en France ou ailleurs, vous avez des campings pour tous, dont le prix varie en fonction des services proposés (eau chaude, électricité, wifi, cuisine…) et de sa situation géographique.

IMG_2513

Quelques applis essentielles en Nz : Campermate et l’appli des Frogs.

La première vous donne accès à une carte Google ou sont référencés tous les campings, indiquant leur descriptif, des avis et surtout leur prix. Et la seconde, ce sont des bons plans, des infos sur la NZ et le tout réalisé par la célèbre agence francophone installée là-bas depuis 15 ans. Équipe jeune, dynamique, pleine de bons conseils et qui peut même s’occuper de la location de votre van (toutes les infos sur le site web des Frogs).

Vous ne trouverez pas les bouteilles de gaz pour recharger vos réchaux dans les grands magasins classiques, mais dans certaines stations services et magasins de camping spécialisés.

Pour les glacières, les grands magasins vendent tous de la glace au rayon surgelés. Pensez à surélever vos aliments car ça fond vite et abime votre bouffe.

Avant de partir en roadtrip, faites un petit tour chez « The Warehouse« , une foir’fouille locale où on trouve tout et à bas prix !

IMG_2336

L’instant glauquy

C’est pas le pays où l’instant glauquy est de mise. Je dirais que la seule chose qui s’en rapproche est le nombre de douches en 12 jours… 5 douches… à ce niveau là, on est des putains d’écolos !

Le côté bourse

On s’y est pris au dernier moment pour la location du Van donc on n’a pas fait d’étude de marché complète et on ne peut pas vous dire que c’est un prix normal en pleine saison mais juste pour info, les 12 jours nous ont coûté 1 200 euros.
Faites vos courses  dans des grands magasins type New World ou Countdown pour éviter de payer double vos denrées au p’tit Foursquare de proximité.

Pour notre part, voici le bilan de nos 12 jours en van (montants par personne) :

  • Transports : 782 euros (cela comprend la location du van ainsi que l’essence)
  • Loisirs : 2,5 € (cela comprend l’accès au Mont John dans les environs de Lake Tekapo)
  • Hébergements : 63 euros (cela comprend les campings pour 7 nuits dans campings payant)
  • Nourriture : 251 euros (cela comprend nos courses et quelques repas ou goûters au restaurant)
  • Autres : 8 euros (cela comprend 2 laveries)

Soit un total de 1 106,50 € par personne pour 12 jours en van.

DSC04250

La minute culture

La Nouvelle-Zélande est positionnée sur deux plaques tectoniques. Celle du Pacifique qui passe sous celle de l’Australie. La beauté des paysages et leurs incroyable diversité sont quelque part liés au risque important de tremblement de terre et à cette forte activité en sous sol. Trois séismes dramatiques depuis 2010 pour exemple (Christchurch par deux fois et Kaikoura plus récemment) ont frappé la Nouvelle Zélande. À notre passage, les conséquences en étaient malheureusement encore bien bien visibles.

IMG_2352

Les cartes postales

  • Les paysages des environs du glacier Franz Josef
  • Le lac Mapourika
  • La célèbre vue du Roys Peak et celles de tout en haut (en effet la photo la plus réalisée au Roys Peak n’est pas vraiment à la fin de la randonnée 😉 )
  • La vue au réveil de l’espace self-contained « Lake Pukaki reserve » situé au bord du lac Pukaki
  • La vue face à la mer de l’espace self contained « Meat works » à 6 km après Kaikoura

Allez on vous dit ciao et à bientôt sur le sol de Nouvelle Calédonie !

Batman Tim

Publicités

7 thoughts on “NOUVELLE ZÉLANDE : ÎLE DU SUD EN VAN (PAR TIM)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s